Constance Nouvel (ici, son site) prend des photographies, les déconstruit et les remonte, de façon à créer une oeuvre qui soit une image autant qu’un objet. Ici, la photographie d’un ciel, découpée en deux et réajustée:

constance-nouvel1

Un coup de ciseau qui vient aérer l’azur… Le ciel devient une illusion, et la césure, une véritable ouverture sur l’infini.

Là, la photographie d’une persienne collée sur un volume :

constance-nouvel2

La photo est posée en surface, pourtant l’image se creuse, apparaissant comme l’écran d’une salle de cinéma. La cour lumineuse, aperçue derrière le store, devient objet incertain de désir, à saisir au fond de la boîte.

 

Ces oeuvres ont été exposées le mois dernier à la galerie Paul FrèchesCésures, 2012, tirage argentique marouflé sur médium, 40 x 58 cm. Prototype d’un développé pour une image, 2011, tirages argentiques contrecollés sur aluminium, 36 x 45 x 10 cm. Courtesy Constance Nouvel et galerie Paul Frèches.

Partager :

Laisser un commentaire

Solve : *
4 × 16 =