Le jour où je regardais  ces oeuvres de Dominique De Beir (actuellement exposée au charmant Atelier Blanc de Villefranche de Rouergue), il  tombait sur Paris une averse d’orage.
Devant ces trous qui les parsèment, je songeais à ceux que creuse dans la terre une pluie violente.

Les œuvres de Dominique De Beir se caractérisent en effet par leurs perforations que l’artiste réalise sur tous supports, à l’aide d’outils variés (“tridents, bistouris, scalpels”, pour la citer). Pas seulement des perforations, d’ailleurs, mais toutes formes d’impacts, de heurts, de déchirures, de creux.

vue-de-lexposition-galerie-du-bas-droite-jpg

De même que la pluie révèle la terre — sa texture et ses parfums —, les perforations, ici,  font vivre la matière des oeuvres, elles la rendant présente et sensible. La matière (selon les cas: acier, carton, papier ciré, papier huilé, carbone, etc.) se met à vibrer sous la pression du geste. La lumière la traverse soudain. Ce qui se passe sur le support matériel est de l’ordre de l’impact de la foudre ou de la tendresse de la bruine — de la déchirure du premier rayon de soleil entre des arbres.

Je vois le travail de Dominique De Beir comme une traversée de la matière, l’ exploration à tâtons de ses possibles pulsations,  l’émerveillement face à ses transfigurations. Car cette technique, simple d’apparence, est pourtant capable de  transformer le support en moucharabieh — rouleaux d’orgue de barbarie — constellations — alvéoles de ruches — murs piqués d’usure — écriture qui se lit du bout des doigts .
(Et pour ceux qui aiment lire Colette, cette phrase est le quasi pastiche de celle qui clôt La Naissance du Jour).
dessin1-jpg

 

La plupart des images (© Dominique De Beir) ont été empruntées au site de Dominique de Beir, ICI, où je vous invite notamment à lire ses textes personnels.
La vue d’exposition (ci-dessus, à droite) est une courtoisie de l’Atelier blanc, site ICI. ) (Cliquer sur les images pour les agrandir).

 

louvre3web-jpg

 

 

Partager :

Cet article a 1 commentaire

  1. La première œuvre me parle beaucoup, journée d’été, matin qui e lève, jeu de lumière dans les branches

Laisser un commentaire

Solve : *
32 ⁄ 16 =