oeuvres-gregory_derenne-520   Ceci n’est pas une photographie, mais une peinture due à un jeune artiste, Grégory Derenne. Ses oeuvres sont toutes agencées de façon similaire : un décor, très exactement exécuté, plongé dans l’obscurité, s’organise autour d’une source de lumière. Sur ce mode-là, existent entre autres une série de vitrines de boutiques, une série de plateaux de tournages et, tout récemment, d’intérieurs d’églises.
En réalité, cela fait des jours que je tourne autour de cet article, totalement incapable de voir pourquoi je bute en permanence sur ces oeuvres, sans pouvoir en parler.
Je suis certaine d’apprécier le fait de me laisser  disparaître par cette obscurité mate et froide de cathédrale. D’une manière générale, j’aime bien marcher dans l’obscurité d’une église, me laisser engloutir dans la pénombre, poser mon regard au hasard des boiseries et des tableaux, dans l’odeur de cire fraîchement passée, et apercevoir la lumière qui flotte, au-dessus de moi, à travers les vitraux.    oeuvres-gregory_derenne-436
Mais justement, ce n’est pas ça qui ressort de ces peintures, en dépit de ce que j’ai d’abord cru. Certes, leur extrême précision visuelle fait ressortir le velouté ciré des boiseries et la fraîcheur de la pierre — mais ici tout se concentre autour de la lumière, vers laquelle on n’a pas d’autre possibilité que de tourner son regard. La lumière ne flotte pas au-dessus de nous: elle nous attire, et on est bien obligés de regarder vers elle.  Ce sont des peintures autoritaires, par leur rendu photographique,  par leur focalisation sur la source de lumière, par le fait que tout ce qui est matériel et concret se laisse avaler par l’ombre. J’avais une première impression agréable et familière, mais en fait, je me laissais fasciner sans m’en rendre compte par ces fenêtres aveuglantes, le nez collé dessus — et du coup j’avais perdu toute liberté d’expression.
Décidément, la façon dont on aborde une oeuvre est révélatrice de qui nous sommes.

 

Les images ont été empruntées au site de la galerie Bertrand Grimont, qui expose l’artiste.

Partager :

Laisser un commentaire

Solve : *
25 ⁄ 5 =