Voici un cube de l’artiste chinois Ai Weiwei. Il ouvre la jolie exposition sur le thé qui se tient pour quelques jours encore au Musée Guimet.

Il s’agit en fait d’une tonne de thé Pu Er , compressée. Le thé compressé est l’un des plus anciennes formes (dès le VIIIe siècle, en Chine) sous lesquelles s’est présenté le thé, destinée à en faciliter la circulation.  Cependant je ne suis pas sûre que le thé ait jamais été compressé à hauteur d’une tonne.

A vrai dire, l’oeuvre d’Ai Weiwei ne me touche pas plus que cela (c’est une simple affaire de sensibilité) — sa vie, en revanche, est assez étonnante (plus d’information ici) — , mais je me suis volontiers arrêtée devant cette œuvre. Probablement parce que je suis sensible au thé,  et particulièrement au Pu Er, à ses parfums de terre et de racines.

Il y a dans le thé quelque chose de complet: le travail de la nature et celui des hommes; la longueur d’une tradition qui n’a cessé d’évoluer et le plaisir présent de la dégustation; l’exotisme de ses provenances, des différentes méthodes de dégustation à travers le monde, et le confort de le boire chez soi; le partage convivial et simple d’un thé, et les rituels complexes et codifiés; la satisfaction, enfin, de tous les sens, quand les feuilles s’épanouissent dans l’eau, quand le parfum fait naître des images et des souvenirs, quand le goût réchauffe ou rafraîchit, quand les doigts effleurent la terre-cuite de la tasse, quand on entend l’eau frémir dans la bouilloire.

Toute cette complétude se condense dans ce bloc aux lignes nettes. Cette “tonne de thé” suggère le poids de la tradition — mais on pourrait aussi bien, comme tout thé compressé, le défaire et essaimer ses feuilles. Ce bloc a aussi le dépouillement de l’hiver — de même que j’aime boire le Pu Er en cette saison, où il m’évoque la nudité de l’écorce.

 

(Merci, Florence, de m’avoir suggéré de parler de thé!)

(image: Ai Weiwei, Ton of Tea, 2007 - source)
Partager :

Cet article a 3 commentaires

  1. la surface est intéressante, une envie de rentrer dedans, ça a quelque chose de rassurant, peut etre cette tradition compressée

  2. Merci à toi Anne, quel plaisir de lire ce billet !

  3. J adore le Thé j adore l’art mais surtout ta façon de me permettre de voir différemment avec tellement de sensibilité, de richesse merci pour ce post

Laisser un commentaire

Solve : *
27 − 21 =